Lignes d’horizon

Entre la fin du XVe siècle et la moitié du XXe siècle, les régions inconnues ou mal connues des Européens ont exercé sur leur culture une fascination qui a duré tant que les blancs sur les cartes n’avaient pas complètement disparu. Les collections de la bibliothèque Sainte-Geneviève constituent un témoignage de cet engouement pour les voyages qui repoussent l’horizon de la connaissance, et de son influence sur la pratique même de l’exploration. Issus des différents fonds de la bibliothèque, les soixante-seize documents exposés donnent un aperçu de ces interactions entre voyageurs, savoir et public au temps où s’élabore la science moderne.

 

 

Cartographie des documents exposés

Préc. Suivant